Yardi Kube: A single connected platform for flexible workspace management
Nexudus Coworking Space Management Software
Environ un espace de coworking sur dix ouvre ses portes aux enfants à la condition qu’ils ne perturbent pas les autres coworkers. Très peu d'entre-eux fournissent un service de garde pour les enfants donnant à un des parents ou les deux la possibilité de travailler en paix. Ces services nécessitent un investissement plus important qui est rarement associé à l'activité principale d'un espace de coworking, tandis que les exigences juridiques connexes ont souvent besoin d'encore plus d'investissements. Nous avons visité trois espaces de coworking qui, en dépit de ces défis supplémentaires, osent les assumer.
By Johanna Voll - jeudi 2 août 2012

L'espace professionnel: Third Door (Londres, Royaume-Uni) 

Les lois du Royaume-Uni pour la protection de l'enfance sont parmi les plus strictes en Europe. Prendre des photos d'enfants autres que les vôtres n’est pas autorisé. Même pour les fêtes d’anniversaire, cela s'avère difficile, en théorie. À part si vous avez une licence d'Etat, vous ne pouvez pas vous occuper des enfants qui ne sont pas les vôtres.Third Door, un espace de coworking de la classe moyenne dans le Sud-Ouest de Londres, dans le district de Putney, a une de ces licences. Les conditions ne sont en aucun cas laxistes.

Pour commencer, les nouveaux visiteurs de l’espace de travail et de jeux doivent être en conformité avec les exigences légales mais toutes les pièces sont conçues pour être agréables.

Pendant que la mère et le père travaillent en paix au premier étage, jusqu'à trois employés qualifiés s'occupent de leur enfant sur un grand terrain de jeux lumineux au rez-de-chaussée. Les bureaux et salles de réunion suivent également un code couleur vert et bleu. Les deux sections partagent un salon qui fait aussi partie de l'entrée. Un troisième espace commun réuni les membres entre eux : Third Door organise des ateliers et des événements pour son réseau dans ses propres locaux.

L'espace de coworking offre 24 places pour des enfants âgés de zéro à huit ans et à peu près autant d’espaces de travail pour leurs parents.

Avec ce concept combiné, la fondatrice Shazia Mustafa et son mari Yusuf Chadun ont déjà reçus plusieurs distinctions. Avant l'ouverture officielle en mai 2010, ils avaient déjà travaillé sur un business plan pendant deux ans. La naissance de leur premier enfant a provoqué l'idée initiale, tandis que la décision de créer l'espace est venue avec la naissance de leur deuxième enfant.

Pendant l'élaboration de leur espace, ils se sont intéressés à Cubes & Crayon, un espace aux États-Unis avec un concept similaire. Devriez-vous opter pour votre travail ou votre enfant ? Third Door offre une troisième alternative. Vous pouvez être là pour votre enfant tout en restant pleinement engagé dans la réalisation de votre travail. Third Door est un succès à part entière - un autre espace est prévu pour cette année.

L'espace auto-organisé Rockzipfel (Leipzig, Allemagne)

Situé au premier étage d'un immeuble ancien à Leipzig, un espace de coworking pour parents et enfants connu sous le nom Rockzipfel a ouvert ses portes au printemps 2011. Les membres de Rockzipfel organisent à peu près tout par eux-mêmes, y compris la garde d'enfants.

L'appartement spacieux, qui a encore un poêle pour le chauffage et des moulures au plafond, a été rénové et offre actuellement dix espaces de coworking. A côté de la grande salle de jeux se trouve un espace de travail ouvert où l'on peut parler et manger à sa guise. Les autres pièces offrent paix et tranquillité pour un environnement calme dans lequel les coworkers peuvent travailler ou les enfants peuvent faire une sieste l'après-midi. Les coworkers peuvent utiliser la petite cuisine qui est fournie ou aller déjeuner dans le café au rez-de-chaussée. En règle générale, chacun est encouragé à prendre part aux tâches telles que le nettoyage ou les courses.

Rockzipfel est encore dépendant des dons, tout est donc réalisé par les membres eux-mêmes. Lors d'une visite, quelques femmes âgées ont fait don d'un vieux coffre en bois. Le projet ne peut pas (encore) se financer lui-même.

Initialement, les coworkers eux-mêmes prenaient soin des enfants des uns pendant que les autres travaillaient. Cependant, ce concept n'a pas pu être établi comme une solution permanente - les périodes destinées à s’occuper des enfants devant être planifiées. La garde des enfants est désormais régulièrement offerte de 9h à 12h et de 13h à 15h. Cette garde est organisée par des bénévoles qui, en retour, bénéficient gratuitement d’un bureau et des repas.

En offrant ce service, Rockzipfel ne prend pas en charge la responsabilité des parents qui s’occupent de la garde des enfants. Pour des raisons juridiques, les enfants ne quittent jamais l'espace de coworking sans leurs parents.

Rockzipfel ne souhaite pas être un substitut à un jardin d'enfants. Johanna Gundermann, la fondatrice de Rockzipfel, pense que si ça l’était, ce ne serait plus un espace de coworking. Par ailleurs, les jardins d'enfants doivent répondre à de nombreuses exigences légales qui entraîneraient alors une augmentation drastique des coûts.

Rockzipfel assiste donc principalement les mères et les pères avec de jeunes enfants (moins de trois ans), servant de solution temporaire jusqu'à ce que les familles trouvent un jardin d’enfants adéquat. Les parents travaillant toujours à proximité de leurs enfants ont tendance à changer leurs couches, les nourrir, ou les mettre au lit.

Depuis qu’il n'y a pas un concept éducatif unifié, un certain degré de tolérance est requit par les coworkers - ils contrôlent tout individuellement. Les membres discutent donc beaucoup les uns avec les autres, ce qui crée un fort sentiment de communauté. L'après-midi, il ya des événements supplémentaires et des cours qui sont principalement axés sur les enfants.

Johanna pense que le coworking et le coplaying ne peuvent fonctionner que s'il y a un système à faible budget avec des cotisations mensuelles (actuellement 150 euros par mois) et si les parents se portent volontaires pour participer aux tâches. Le concept ne plaît certainement pas à tous les coworkers potentiels, mais pour ceux qui veulent savoir que leurs enfants sont bien pris en charge dans les environs immédiats, l'atmosphère calme et confortable qu’offre Rockzipfel est appréciée. 

L'espace non-communautaire : Kölner Zeiträume (Cologne, Allemagne)

Avec des portes rouges à côté d'un comptoir vert et un bar jaune, le Kölner Zeiträume ("créneaux horaires de Cologne") est en effet coloré. Toutefois, rien ne semble exagéré et il y règne une atmosphère calme. Le Zeiträume a ouvert avec le slogan «Bureaux et Plus». La fondatrice, une mère, a voulu combiner l'interaction sociale que le travail et la famille offrent en un seul et même endroit. Un jardin d’enfants a toujours été disponible depuis que l'établissement a ouvert il y a plus de quatre ans. Dans le même temps, un grand espace ouvert dans lequel jusqu'à 20 personnes peuvent travailler a commencé.

Bien que différent de nombreux espaces de coworking, de nos jours le Zeiträume offre principalement des bureaux flexibles pour des individus ou des groupe à louer. Cet espace de coworking fonctionne bien mais est différent des autres espaces de travail ouverts. Même le site Web indique que "L’espace de travail partagé ressemble parfois plus à des bureaux privés avec des yeux qui sont un peu triste et envieux. (...) Cet espace a besoin d'amis!" Il est actuellement limité à trois tables et sera étendu si nécessaire. 

Un étage plus bas, les perspectives sont encore plus sombres. Le jardin d'enfants au sous-sol sera supprimé en Mars 2012 si un nouveau propriétaire ne le reprend pas. Le concept original ne fonctionne pas, comme la combinaison avec un service de garde d’enfants a rarement été demandée. Pendant que des petits comme Max et Louise jouaient dans le petit jardin ou dans la piscine de balles colorées, maman et papa étaient censés travailler à l'étage. Actuellement une seule personne profite à la fois de l’espace de travail et de la garderie. Quinze autres enfants viennent dans les salles de travail sans parent. 

Cependant, il y a un espace pour un maximum de 34 enfants. Ils peuvent continuer à venir jouer ici, mais ce n’est plus sous la direction du Zeiträume. Il y a des intéressés et des négociations sont en cours. En raison d'un manque de demande, les services de fitness et de physiothérapie n'ont pas pu non plus être fermement mis en place.

La plupart des utilisateurs sont des employés qui n'ont tout simplement pas un bureau typique. À la fois un véritable sentiment de communauté et de régulières manifestations organisées par les membres sont manquants. En 2007, le concept de coworking est encore largement inconnu du grand public allemand. Une fois de plus, le concept de coworking a récemment complètement disparu du site internet.

ssfCoworking Statistics

Startpage