Espaces de coworking

Les espaces de coworking sont-ils les salles de classes du futur ?

@Geekdom Robotics Challenge avec la Dwight Middle School. Par Dustin Larimer

Get your ticket for Coworking Europe 2014 in Lisbon
Suivez deskmag sur Twitter
Nexudus Spaces. The white-label software to manage your coworking space.
The History Of Coworking In A Timeline
A l'heure du numérique, nous sommes forcés de repenser l'éducation entreprenariale et technologique. D'une part, les nouvelles technologies évoluent si vite que les étudiants pourront bientôt ressortir d'un cours d'informatique sans savoir qu'ils devront réévaluer ce qu'ils y ont appris. D'autre part, force est de constater que de nombreux entrepreneurs reconnus dans le monde des nouvelles technologies ont réussi sans diplôme. Face à cette transition qui s'impose, le coworking pourrait proposer une nouvelle approche de l'apprentissage. Il attire de plus en plus d’étudiants et pourrait bien être l’espace privilégié d’une nouvelle forme d'éducation pour les entrepreneurs de demain. En fait, certains verraient même le coworking remplacer des universités dites dépassées.

Il semble que le coworking soit une réponse adaptée aux besoins non seulement des entrepreneurs, mais aussi des étudiants. En effet, soucieuses de la réussite de ces derniers, des universités ont choisi de collaborer avec des espaces de coworking locaux, voire même de créer leurs propres espaces dédiés aux étudiants, dont le H4 et le Kosilab sont de parfaits exemples. Mais d’autres expériences menées par Geekdom, Betamore ou Reno Collective montrent clairement que les communautés des espaces de coworking représentent une nouvelle source de connaissance et d’innovation, davantage connectées aux évolutions du monde numérique que ne peuvent l’être les universités. Si bien que certains voient déjà le mentorat remplacer l'éducation traditionnelle de l’université.  

Un lieu entre l’école et la maison: le coworking pour les étudiants 

Il y a fort à parier que le coworking était fait pour les étudiants. Pour s’en convaincre, il suffit d’observer les nombreux étudiants travaillant dans les cafés, bibliothèques et autres lieux offrant une connexion internet. Mais on peut trouver bien d'autres raisons. L’espace Skylight de Phœnix interpelle les parents en stipulant qu’un accès à son espace serait « un excellent cadeau pour les vacances de leurs chers futurs entrepreneurs ». Les avantages pour les étudiants pourraient être en effet nombreux : 
- Pouvoir travailler dans des espaces moins surpeuplés que les cafés ou les bibliothèques
- Pouvoir travailler pendant des plages horaires plus étendues
- Pouvoir se familiariser avec l’entreprenariat
- Apprendre auprès d’une communauté d’experts 
- Confronter la théorie à la pratique 
- Réaliser des projets personnels dans un environnement de travail motivant
- Accéder à des opportunités de stages et d’emploi

Ces avantages laissent à penser que l’innovation et la créativité pourraient bien glisser des universités vers les communautés de coworking. Néanmoins, les universités ont encore certaines cartes à jouer.  

Les universités se lancent dans le coworking

Certaines universités comme le H4 en Caroline du Nord et le Kosilab à Siegen en Allemagne ont créé leurs espaces de coworking d’été pour étudiants, au sein même de l’université. Les deux espaces mettent l’accent sur l’interaction entre étudiants. Le H4 en organisant des évènements et des formations par des professionnels, le Kosilab en prônant l’entraide. L’objectif est bien la réussite des étudiants et dans les deux cas, ce sont les services d’orientation professionnelle de l'université qui ont permis ces initiatives.

De même, alors que beaucoup de bibliothèques sont remplies d’étudiants, les espaces de coworking peuvent constituer une alternative intéressante, comme ce fût le cas à Dresde. En effet, le SLUB, la bibliothèque de l’Université Technique de Dresde, avait constaté une forte progression du nombre de visiteurs chaque année et les demandes en carrels ou en salles de travail excédaient largement la capacité d’accueil. Face à ce problème, le SLUB s’est associé depuis 2011 à l’espace de coworking Neonworx se situant à proximité du campus. Tous les trois mois, 15 étudiants peuvent ainsi travailler à Neonworx tout en accédant aux ressources numériques de la bibliothèque.

Mais si les universités peuvent dans certains cas trouver un espace, il leur est plus difficile de réunir une communauté d’experts comme on peut en trouver dans les espaces de coworking.

>> Page suivante: Quand le coworking remplace les universités

Previous | 1 | 2 | Next
comments powered by Disqus
La deuxième enquête mondiale du coworking
The History Of Coworking In A Timeline