Essensys

Espaces

Pourquoi le HUB Brussels n'est plus...

Le Hub Brussels, photo par Charles Kinoo

Nexudus - The white-lable management system for coworking spaces
The Profitability Of Coworking Spaces
Cowork 2020 - die deutsche Coworking Konferenz
Coworking Library
The Global Coworking Survey Newsletter
Pixel

Le HUB Brussels n’est pas un espace de coworking

C’est pour moi le principal élément ayant conduit à la faillite du HUB Brussels. Si vous parlez avec les différentes personnes qui composent la gouvernance et le management du HUB, ils vous diront que le HUB n’est pas un espace de coworking, mais bien plus. Vous aurez le même sentiment sur le site internet, le coworking n’étant pas clairement mentionné. C’est une position volontairement choisie par le HUB au niveau global. Alors que beaucoup de personnes influentes considèrent les espaces de coworking comme un ensemble de «tables et de chaises» n’ayant aucun impact social ou volonté d’en avoir, le HUB veut justement créer une communauté et avoir de l’impact au niveau social. Je pense que c'est l’une des plus grandes erreurs qu’ait pu faire le  HUB Brussels. Mais le HUB global continue toujours dans ce sens, pourquoi?

Je me suis engagé dans l’organisation de la conférence européenne sur le coworking en 2011 et en 2012. Et alors que les gérants d’espaces de coworking et les community managers du monde entier se rencontraient et partageaient ensemble, les mots les plus utilisés étaient : «community» et «social impactl». Il n’y a pas de coworking sans une communauté partageant les mêmes valeurs modernes de durabilité, de collaboration, d’innovation, d’entreprenariat, de responsabilité sociale et d’ouverture... Ces valeurs sont les fondements de la majorité des espaces de coworking et des communautés qui y vivent. L’impact «social» de beaucoup d’espaces de coworking que j’ai eu l’occasion de voir est indéniable: ils impactent leur communauté et influencent leur environnement ainsi que toutes les parties prenantes.  

Le nombre d’espaces de coworking double chaque année. En choisissant de rester à l’écart de ce phénomène, les HUBs ne tirent pas avantage de tout le processus d’évangélisation opérant autour du mouvement du coworking. Processus participant au changement de paradigme et encourageant d’une part les gens à quitter l’isolation de leur maison et d’autre part permettant aux entreprises d’aller hors de leur espace de travail classique pour faire de nouvelles rencontres, explorer des idées dans des environnements propices à l’innovation.

D’autre part, alors qu’il choisissait de s’éloigner du coworking, le HUB est passé d’une orientation travail à une orientation sur les relations sociales. 

Le HUB Brussels n’est pas l’endroit idéal pour travailler

Le HUB Brussels est un merveilleux endroit pour rencontrer des gens, discuter, manger un morceau lors des "sexy salad" hebdomadaires, mais ce n’est pas le meilleur endroit pour travailler. Un membre m’a un jour déclaré: «J’ai le sentiment que le HUB est bon pour l’âme mais je doute que ce soit le bon endroit pour mon entreprise». Je pense personnellement que cette situation est due à deux éléments: le design de l’espace, ainsi que la structure d’accueil. Le HUB Brussels est espace ouvert sans aucune séparation entre les lieux de travail et les lieux de socialisation. Je me demande si cela fut un simple oubli, ou si cela fut pensé comme tel dès le départ, pour faciliter les connexions entre les gens. Est-ce que le design aurait été différent s’il avait été clair que le HUB Brussels devait être un espace où les gens se retrouvent pour TRAVAILLER et donc inévitablement un espace de coworking.

D’ailleurs, HUB Brussels était plutôt bruyant, surtout pendant le repas, ce qui représente une période de temps plutôt longue. De plus, il n’y avait aucun d’éléments d’insonorisation, excepté la structure en nid d’abeille qui couvrait uniquement une partie de l’espace. Beaucoup de membres ont eu des difficultés pour se concentrer et ont été maintes fois dérangés par le bruit lorsqu’ils travaillaient. Ce qui les poussa à partir.  Statistique à retenir, près d’une centaine de membres ont annulé leur adhésion uniquement en 2011. Un membre a un jour déclaré : «parmi les adhérents du HUB Brussels, ceux qui travaillent et ceux qui créent partent… les autres restent».

Alors qu’accueillir demeure la pierre angulaire d’une entreprise basée sur la communauté telle que le HUB, je pense que cette notion a souvent été un facteur de perturbations plus que de tranquillité.

▶Page suivante: quelle identité pour l'espace? 

Previous | 1 | 2 | 3 | 4 | Next
comments powered by Disqus
Coworking Resources from A to Z
Profitability of Coworking Spaces