Essensys Coworking Management Software

Espaces

Petite histoire de l'espace de travail

Nexudus - The white-lable management system for coworking spaces
The Profitability Of Coworking Spaces
Coworking Library
The Global Coworking Survey Newsletter
Pixel

L'humain revient au centre du design

Dès 1950, le model moderniste et sa ville fonctionnelle sont remis en cause. Architectes et designers commencent à s’intéresser pour la première fois à l’intérieur des bâtiments et à l’aménagement de l’espace de travail en tant que facteur de productivité.  

Jusqu’alors, s'asseoir confortablement était encore synonyme de paresse. De plus, les chaises représentaient un statut dans l’entreprise, si bien que pendant des décennies supérieurs et employés, hommes et femmes avaient des chaises différentes. C’est la chaise Staffel, conçue par l’orthopédiste F.Staffel, qui était alors la plus utilisée dans les bureaux voire même parfois dans certaines usines.

Ce n’est que dans les années 70 que les designers s’intéressent réellement à l’ergonomie. Henry Dreyfuss et Niels Diffrient publient respectivement « Human Scale » et « Measure of a Man », deux ouvrages en ergonomie à l’attention des designers.Human Scale intègre les dernières recherches scientifiques dans de nombreux domaines tels que la médecine et la psychologie. Les architectes s'inspirent alors des travaux de médecins, de sociologues, d'anthropologistes comme Lévi-Strauss ou de la théorie des organisations pour bâtir des environnements de travail axées sur les besoins des travailleurs.

L’ère de la collaboration et de l’ouverture

Pendant les années 60, l’économie de service explose. Dans le même temps, l'ordinateur apparaît dans toutes les entreprises et change l'image que l'on se fait du travail. Les espaces rigides et strictement hiérarchisés s'avèrent peut motivants pour les salariés. L’entreprise Herman Miller met en place le « Action Office Series 1 », incluant les premiers bureaux constitués de panneaux, premier pas vers un environnement de travail visant à favoriser l’interaction entre les employés.  

En 1968, Robert Probst conçoit le premier mini bureau « cubical », encore largement répandu aux Etats-Unis, qui sera suivi par le désormais célèbre open space. Ce dernier trouve son origine dans les "bureaux paysagers" imaginés vingt ans auparavant par les frères Eberhard et Wolfgang Schnelle. Néanmoins, ces derniers avaient une vision très différente de l’open space actuel, plus humain, artistique et intégrant aussi des plantes dans l’espace.  

L'open space qui permet d’augmenter la superficie de l’espace avec un très faible investissement, émerge alors pour favoriser la collaboration et le travail en projet. Seul ombre au tableau: son uniformité, son absence de personnalité. Enfin, le management dit égalitaire s'avère être une incroyable source de tension pour les employés.

En 1974, Herman Hertzberger crée le Centraal Beheer insurance company, un espace conçu comme un « village de travailleurs », selon son créateur. Dans la vision de Hertzberger, « les employés peuvent avoir le sentiment d’appartenir à une communauté plutôt que d’être perdu dans la foule ». Pour atteindre ce but, l’espace se veut résolument flexible et est constitué d’une multitude d’espaces de mêmes superficies, formant quasiment des îles connectées entre elles. Ces plateformes structurées de manière répétitive à travers l’espace, peuvent accueillir des groupes de dix personnes, encouragées à elles-mêmes décorer leur espace de travail avec leur propre mobilier.

L'industrie créative: des canapés dans les bureaux

L'explosion des TIC et de la production d'information a contribué à faire naître l’industrie créative de la Silicon Valley. A ce momen, une nouvelle génération de travailleurs est en train de changer le monde et son espace de travail se doit d’être inspirant. Car depuis les années 2000, créer, innover et trouver la prochaine grande idée, sont devenus les obsessions des entreprises des technologies de l'information. Pour favoriser la créativité et la collaboration, la tendance est à l'espace de travail design, agréable et informel, voire au simple desk (bureau) où l’on dépose son ordinateur portable. Chose impensable pour nos aînés, des canapés, des poufs, des arbres et mêmes des paniers de basket investissent certains espaces de travail. Il suffit aussi d'aller dans les espaces de coworking pour comprendre que nos environnements de travail deviennent plus humains.

En bref, des espaces hiérarchisés à l'open space décloisonné, nous sommes passés aux espaces informels privilégiant les rencontres. Exit le management scientifique, les designers veulent avant tout favoriser l'interaction, voire la sérendipité. Alors que Taylor rationalisait, Google mesure aujourd’hui la queue de la machine à café pour maximaliser les interactions de ses employés. Alors que nous avions encore des buildings « lents », peu adaptables mais représentant le prestige de l’entreprise,  les communautés d’entrepreneurs bannissent la hiérarchie du salariat et s'approprient leurs espaces de coworking. La suite, vous la connaissez. Ou plutôt non, vous la suivez ou vous la faites, car le coworking est juste en train de s’y mettre.

Références

[FR] Le bureau est mort, vive le bureau! 
[EN] The origine of the office
[EN] History of Ergonomy
[EN] History of the Chair 
[EN] How the office became what it is today
[FR] Une analyse du Centraal Beheer building 
[FR] Office Museum photos 

 

Previous | 1 | 2 | 3 | Next
comments powered by Disqus
Coworking Resources from A to Z
Profitability of Coworking Spaces